INFLUENZA AVIAIRE Situation Sanitaire Française

 
 
INFLUENZA AVIAIRE Situation Sanitaire Française

Index d'articles

  1. INFLUENZA AVIAIRE Situation Sanitaire Française
  2. La situation sanitaire en France
  3. La situation sanitaire du Tarn-et-Garonne
  4. Les mesures de Biosécurité
  5. Fumiers, lisiers et autres sous-produits animaux
  6. Produits biocides et traitements

Au 21 février 2020, aucun foyer d'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) détecté en France.

Un virus influenza aviaire hautement pathogène, sous-type H5N8, circule actuellement en Europe dans de nombreux États membres et en Ukraine.
Ce sont majoritairement des élevages de volailles domestiques qui sont atteints (Dindes, poules pondeuses, basse-cours et canards). Trois cas d'atteinte de l'avifaune sauvage ont été recensés : un Autour des palombe en Pologne, une grande oie rieuse en Allemagne et neuf oiseaux sauvages tenus en captivité (sur 41 oiseaux au total) en république slovaque.

DÉFINITION :

L’influenza aviaire (IA) est une maladie infectieuse virale, très contagieuse.

L’IA se subdivise en deux groupes en fonction du pouvoir pathogène des souches pour les volailles :

  • L’IA hautement pathogène (IAHP) (highly pathogenic avian influenza), causée par des souches hautement pathogènes, est responsable d’épizooties meurtrières dans les élevages de volailles (notamment poules et dindes). La maladie se traduit par une atteinte importante de l'état général et des symptômes respiratoires, digestifs et/ou nerveux diversement associés, avec évolution rapide vers la mort. Les lésions les plus significatives sont celles d'une septicémie hémorragique. Sa grande contagiosité et sa forte mortalité lui avait valu, par le passé, la dénomination de peste aviaire,
  • L’IA faiblement pathogène (IAFP) (lowly pathogenic avian influenza), causé par des souches faiblement pathogènes, est responsable d’atteintes se limitant souvent à des chutes de ponte et/ou des signes respiratoires associés à une mortalité faible.

ESPECES AFFECTEES :

Toutes les espèces aviaires domestiques ou sauvages sont réceptives. La maladie est surtout décrite chez des espèces domestiques, en particulier la dinde et le poulet (mais aussi pintades, cailles, autruches…). Les espèces sauvages sont aussi parfois cliniquement affectées, comme cela est décrit lors d’infection par le virus H5N1 HP (lignée asiatique) ou par le virus H5N8 HP.

SYMPTOMES :

les souches hautement pathogènes peuvent avoir un effet spectaculaire, plus de 80% des volailles d’un élevage pouvant être touchés en moins de 48 heures. Les symptômes peuvent être néanmoins assez frustes (par exemple dans les élevages de canards). D’une façon générale toute mortalité en 1 jour supérieure ou égale à 4% (2% pour les palmipèdes), ou toute mortalité supérieure ou égale à 0,5% par jour durant 2 jours consécutifs doivent entraîner une suspicion d’influenza.

Voir le lien suivant : http://agriculture.gouv.fr/influenza-aviaire-la-situation-actuelle-en-france

En savoir plus : Arrêté du 14 septembre 2016 déterminant des dispositions de lutte transitoires contre l'influenza aviaire hautement pathogène  

NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L'AGRICULTURE ET DE L’ÉLEVAGE

Voir le lien suivant : http://agriculture.gouv.fr/mise-en-place-de-nouvelles-mesures-en-faveur-de-lagriculture-et-de-lelevage

Lire le communiqué