Communiqués de presse

Mouvement agricole du 23 juillet 2015

 
 

Jeudi 23 juillet les agriculteurs de Tarn et Garonne ont, dans le cadre d'un mouvement national, organisé une manifestation sur différents sites du département. Cette manifestation a fortement mobilisé la profession agricole.

L'Etat a pris la mesure des difficultés auxquelles sont confrontés les exploitants notamment dans le secteur de l'élevage. Un plan d'urgence national a été élaboré en concertation avec l'ensemble des acteurs. Pour notre département, je réunirai dans les prochains jours la profession agricole avec tous les partenaires concernés pour assurer la mise en oeuvre du plan d'urgence et étudier les premiers dossiers d'exploitants en difficulté.
 
Je comprends, comme le gouvernement, les raisons de cette forte mobilisation et la légitimité de la manifestation organisée le 23 juillet dernier n'est pas en cause.
 
Cette manifestation devait se traduire par des opérations de déversement de différents déchets sur Montauban, Caussade et, au dernier moment, sur Castelsarrasin.
 
Autant je comprends les difficultés rencontrées et parfois la détresse de certains exploitants, autant les exactions et les violences qui ont eu lieu, et qui sont le fait de quelques individus isolés, ne sont pas acceptables et ne peuvent servir l'image de notre agriculture à laquelle chacun est attaché.
 
Quelques actes individuels isolés de certains participants ont conduit à de graves débordements. On ne peut que condamner très fermement ces actes individuels qui ont blessé un client d'une station essence, causé d'importantes dégradations matérielles sur des établissements commerciaux, ou encore mis gravement en danger la sécurité des personnes aux abords de la préfecture de Tarn et Garonne, qu'il s'agisse des forces de l'ordre, des riverains ou même des autres manifestants.
 
Comment ne pas dénoncer et réagir au comportement du conducteur du tracteur équipé d'une lame orientable, qui dès l'arrivée du cortège sur la place de la préfecture, a foncé à plusieurs reprises en direction des forces de l'ordre et des barrières de sécurité, en alternant à grande vitesse et donc avec une très grande violence, des marches en avant et des marches en arrière avec tous les risques que cela comportait quant à l'intégrité physique des représentants des forces de l'ordre. La justice en a été saisie et il lui appartiendra de donner les suites appropriées.

Ce comportement irresponsable justifiait à lui seul la réaction des forces de l'ordre et l'utilisation des gaz lacrymogènes afin de tenir à distance ces manifestants.

Je tiens d'ailleurs à saluer le sang-froid des forces de l'ordre qui ont su dans ces circonstances éviter toute confrontation.

Je souhaite, bien sûr, que le dialogue avec la profession agricole demeure aussi constructif qu'il a toujours été avec les représentants de l'Etat et, au delà de la réunion de mise en œuvre du plan d'urgence des prochains jours, je me rendrai à l'invitation de la profession agricole dans différentes exploitations de Tarn et Garonne.